LE COVID-19 VA T-IL TRANSFORMER NOS VILLES ?

Article 20
LE COVID-19 VA T-IL TRANSFORMER NOS VILLES ?

Le 6 octobre dernier, les Nations-Unies organisaient leur premier forum des Maires à Genève.  Dans le cadre de la semaine des « villes durables », les maires d’Europe se sont réunis pour débattre autour de « L’action des villes pour un avenir résilient: renforcer la préparation et la réponse des collectivités locales aux situations d’urgence et à l’impact des catastrophes et du changement climatique ».  L’architecte britannique Norman Foster, mondialement connu pour son architecture high-tech, fit un discours surprise dans lequel il se demanda : le covid-19 va t-il transformer nos villes ?

norman foster
I

LES VILLES A L’EPREUVE DE la PANDEMIE de covid-19

En Europe 75% de la population vit en zone urbaine. Et pour Norman Foster, cette urbanisation ne va faire qu’augmenter dans les 30 prochaines années et ce malgré la pandémie du Covid-19.  Face aux maires, Foster s’interroge : est-ce que cette pandémie pourrait transformer nos villes ? Pour lui, la réponse est claire : « Je suggère que cela pourrait sembler être le cas maintenant, mais dans l’arc plus large de l’histoire, la réponse est non. » Elle ne fera qu’accélérer les tendances qui sont déjà enclenchées. 

Les grandes épidémies des siècles précédents ont  participé à la modernisation de nos villes.  En prenant l’exemple de Londres, il rappelle que l’épidémie de choléra fit apparaître dans la capitale britannique l’assainissement moderne. Celle de la tuberculose contribua à la naissance d’un mouvement d’architecture qui donna une place importante aux ouvertures extérieures et à la lumière du soleil. L’épidémie de la grippe espagnole qui ravagea l’Europe au début du XXème est, pour l’architecte, en partie à l’origine de la révolution culturelle des années 20, qui a vu se populariser les cinémas, les stades etc. dans les villes. 

Egouts, ventilations, parcs, infrastructures, pour Norman Foster  tous ces changements se seraient de toutes façons faits car les villes apprennent des unes et des autres, « chaque crise accélère et amplifie l’inévitable ». Les pandémies  accélèrent  et généralisent donc  l’utilisation de nouvelles techniques. 

epidemie de la peste
II

Vers une généralisation des « villes durables »? covid-19

Il s’interroge alors sur ce qui  définit  nos sociétés aujourd’hui et quelles sont les tendances, déjà mises en place par certaines villes, et qui vont être accélérées dans les années à venir. L’architecte estime que « La mobilité des personnes, des biens et des informations à l’heure du changement climatique et de la décarbonisation» est centrale dans nos sociétés. 

Le mot d’ordre du XXIème siècle c’est : l’écologie. Les villes ne doivent plus être des puits de pollutions et de consommations mais des espaces durables qui replacent au coeur de leurs développements  l’humain et la nature. Des villes durables et équitables. 

éco-construction
III

ECO-CONSTRUCTION ET MOBILITE DOUCE

Ainsi, la pandémie du covid-19 pourrait généraliser la construction de bâtiments durables. Il déclara «Nous avons maintenant des preuves scientifiques qui démontrent que les bâtiments écologiques avec une ventilation naturelle sont non seulement bons pour la santé, mais qu’ils vous permettent d’être plus performant». Si aujourd’hui les éco-constructions sont des exceptions, elles pourraient rapidement devenir la norme, tant pour leur côté écologique qu’économique. Construire un bâtiment qui génère et consomme  des énergies renouvelables c’est réduire les besoins et les dépendances extérieurs des villes. 

Les transports durables, comme les bâtiments, vont devenir, pour Foster, la norme.  Si certaines villes se concentrent déjà sur leurs mobilités, la pandémie pourrait accélérer l’utilisation des  véhicules électriques ou voir le retour des monorails, la piétonisation ou encore l’aménagement de pistes cyclables rendant alors « les parkings obsolètes ».

éco-construction  covid-19
IV

DES NOUVELLES PRATIQUES URBAINES

Depuis une dizaines d’années les pratiques urbaines et sociales changent. Le covoiturage, le télétravail, le e-commerce, la livraison à domicile, sont autant de pratiques déjà existantes et qui tendent à se généraliser dans les grandes villes. Ces nouvelles manières de vivre, intensifiées en temps de pandémie, réduisent les déplacements des urbains. Si le transport et ses infrastructures prennent moins de place c’est, pour Foster, l’occasion de réintégrer la nature en ville, redonner une place à l’agriculture urbaine, mais aussi rendre à la culture artistique une place centrale. 

Les conséquences économiques des confinements ont démontré aux villes qu’elles doivent trouver un équilibre entre le local et le global. Leurs objectifs tendront à se focaliser sur la revitalisation de leurs  économies tout en étant de plus en plus autonomes dans leurs productions. 

mobilité douce
V

QU’EST CE QUI CHANGE ?

Dans son discours, Foster rappelle régulièrement que toutes ces tendances sont déjà à l’œuvre dans beaucoup de villes. La multiplication des labels nationaux et internationaux tels que « VilleVerte Suisse », « LEED for cities », « CASBEE for cities », sont autant d’exemples qui montrent que les villes durables sont l’avenir de l’urbanisme. 

agriculture urbaine covid-19
VI

Alors concrètement, quelle est la nouveauté ? Qu’est-ce que le Covid-19 va changer ?

Pour lui ce sont :« Les attitudes » . « Une attitude publique plus ouverte au changement que jamais, et avec cela une nouvelle gamme de possibilités pour améliorer la qualité de vie des citoyens urbains ainsi que pour aider à lutter contre le changement climatique ». Une attitude qui va se généraliser. 

mobilité douce covid-19
VII

Enfin pour Foster, la  ville européenne dense, compacte et accueillante pour les piétons est un modèle de durabilité et de  sociabilité, par rapport à la métropole tentaculaire qui consomme beaucoup d’essence. Toutefois il insiste sur le fait que ces changements ne pourront se faire que de concert avec 3 acteurs : les villes, les experts mais surtout les citoyens.

urbanisme durable covid-19
VIII

LES MACHINES DE L’ILE

Les Machines de l’Ile, Nantes. Les Machines sont un projet de réhabilitation des anciens chantiers navals de Nantes en une zone de loisirs et d’art. En réhabilitant l’architecture industrielle, la ville de Nantes a su associer développement urbain durable, art et patrimoine.

Découvrez la collection honei.ch/collection

culture artistique  covid-19
IX

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.
HONEI.CH/CONTACT

I. guardian
II. wikipedia
III. unplash
IV.unplash
V. unplash
VI.unplash
VII. unplash
VIII. unplash
IX. unplash


Suivez nous sur instagram.
ou

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.