Catégories
construction

Tamedia-Gebäude : normes incendie

Article 26
Tamedia-Gebäude: Normes incendie 

Le TX Group, connu sous le nom de Tamedia est le plus grand groupe privé de médias suisse. Il emploie environ 3400 collaborateurs un peu partout en Europe dont près de 1500 personnes en Suisse. Afin de centraliser ses effectifs dans un bâtiment aussi prestigieux que sa renommée, le groupe a décidé en 2011 de faire appel à l’architecte japonais mondialement connu : Shigeru Ban. Celui-ci a défié les normes incendie des constructions en bois en Suisse.

SHIGERU BAN : architecte engagé et mondialement connu

Né en 1957 à Tokyo, Shigeru Ban est un architecte reconnu mondialement pour son travail novateur avec le papier et le carton recyclé. Il est aussi apprécié pour son engagement humanitaire, en Afrique notamment. 

Les nouveaux matériaux et les nouvelles techniques ne l’intéressent pas. Très influencé par les techniques ancestrales japonaises et l’architecture écologique, il revisite le modernisme occidental. Alors que le béton armé est devenu la norme de construction dans le monde entier, les bâtiments de plusieurs étages en bois ont été délaissé. Pourtant, Shigeru Ban a décidé d’en faire son principal matériau pour l’édification de son premier bâtiment en Suisse.

Un bâtiment qui reflète Les valeurs DE TAMEDIA ET QUI DEFIE LES NORMES

Situé au cœur de la ville de Zurich, sur l’ancien siège de Tamedia, sa hauteur de 7 étages et son toit mansardé respecte l’unité architecturale du quartier. La bâtiment Tamedia est la preuve d’une prouesse architecturale et technique qui mêle savoir-faire ancestraux et modernité. Constitué entièrement de bois et de verre il illustre les ambitions du groupe suisse. Sa couverture de verre ce veut aussi transparente que le groupe Tamedia. L’utilisation du bois pour une construction écologique marque la volonté de l’entreprise de se positionner sur les enjeux de notre siècle. En d’autre termes le bâtiment Tamedia est un lieu de travail de haute qualité qui apporte une contribution durable à l’architecture de la ville de Zurich.

Un bâtiment préfabriqué en bois

La construction est composée uniquement d’éléments préfabriqués en bois. Aucune armature en acier n’a été utilisé. Des experts de la construction en bois ont commandé par ordinateur le fraisage de 3 600 mètres cubes d’épicéa venus de Styrie, en colonnes, poteaux et poutres pour une totalité d’environ 1400 pièces. Puis sur le chantier, les ouvriers ont assemblé ce kit géant. 

La tradition japonaise de la menuiserie ne nécessite pas l’utilisation de clous ou de vis. Les éléments porteurs en bois sont simplement emboîtés les uns dans les autres. Et leurs assemblages par goupilles sont en outre stabilisés par une structure secondaire.

Un bâtiment recouvert de verre pour une architecture novatrice

Sa façade en verre donne une impression de transparence. Une double façade de 3 mètres de profondeur le long de la rivière offre des salons de travail – dont certains s’étendent sur deux étages – et un escalier en cascade qui relie les cinq étages, créant ainsi des raccourcis internes. La double façade agit comme un tampon thermique et contribue à la ventilation naturelle du bâtiment.

ET UNE CONCEPTION ECOLOGIQUE

L’utilisation du bois comme matière première de construction marque définitivement le bâtiment comme bâtiment écologique. Mais ce n’est pas le seul critère. La façade vitrée de 60 mètres de long a d’excellentes propriétés isolantes et peut être protégée par des brise-soleil. Le bâtiment fonctionne sans CO2. Car le chauffage et le refroidissement proviennent de la nappe phréatique géothermique, sans recours aux combustibles fossiles. Grâce à une bonne isolation thermique et à l’utilisation de pompes à chaleur, les coûts d’exploitation du premier gratte-ciel en bois en Suisse restent faibles.

TAMEDIA UN bâtiment qui défiait les normes incendie DES CONSTRUCTIONS EN BOIS

Inauguré en 2013, l’édifice de Tamedia ne faisait pas partie des nouvelles prescriptions mis en place par l’AEAI en 2015. Jusqu’alors la Suisse n’autorisait pas les constructions en bois de plus de deux niveaux. C’est pourquoi des études approfondies ont été nécessaires. Pour garantir la sécurité structurelle et le respect des réglementations en matière d’incendie.

Il a donc fallu développer un concept de protection incendie qui prenne en considération les propriétés du bâtiment et ce dés le départ du projet. 

De nombreuses mesures de sécurité ont été intégrées au concept avec l‘accord de la police du feu, afin de combler certains écarts relatifs aux règles courantes. Une protection complète par sprinklers (arroseurs), la surveillance des espaces de bureaux, des cages d‘escaliers, des couloirs, des pièces techniques et d‘une partie de l‘atrium par un système de détection d‘incendie, ou encore la réalisation d‘un vitrage intérieur EI 30 (un vitrage coupe feu) destiné à l‘atrium font partie de ces mesures.

Le bois prend feu rapidement. Mais le bois épais ne peut pas brulé si facilement. La première surface de bois carboniser va ensuite protéger l’intérieur. Pour le bâtiment Tamedia, il a été nécessaire de calculer l’épaisseur du bois. Et de rajouter environ 4cm de plus qui pourrait être consumé lors d’un incendie mais qui protègerait l’intérieur. 

Normes incendie : vers une évolution favorable pour les CONSTRUCTIONS EN bois

Jusqu’en 2015, les restrictions des normes incendies avaient, plus ou moins pour grande ligne, la suppression des matériaux combustibles dans la construction. Le bois était considéré comme très combustible et donc son utilisation réduite au minimum. Aujourd’hui la notion de combustibilité a disparu des prescriptions suisses. Au profit de la performance des éléments en matière de sécurité incendie. La nouveauté majeure des prescriptions de 2015 c’est l’utilisation du bois dans les bâtiments élevés. Cela réside dans le fait que l’élément de construction soumis à « pas de contribution au feu » peut inclure un matériau combustible dès lors que celui-ci est enveloppé sur toutes ses faces par un revêtement.

Les nouvelles prescriptions de protection incendie amènent donc quelques assouplissements et permettent, entre autres, une utilisation du bois plus étendue. On peut dire que ce bâtiment a favoriser cette assouplissement des normes incendie pour les constructions en bois. Peut-être va t-il également impulsé l’utilisation de celui-ci en Suisse.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.
HONEI.CH/CONTACT


Suivez nous sur instagram.
ou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *